L'orgue

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 05.10.17 21:52

Je crée ce post pour Antoine qui est un passionné de musique et d'orgue tout particulièrement.

Je poste mon choix musical du jour :

la célèbre toccata et fugue de Bach

avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par AntoineOrgue le 02.11.17 16:48

Merci Nathalie pour ce post, je vous donne le lien d'une oeuvre que j'adore "La Pièce Heroïque De Cesar Franck" https://www.youtube.com/watch?v=osCq94KR-DQ
avatar
AntoineOrgue

Messages : 66
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 02.11.17 17:38

Merci beaucoup Antoine c'est le morceau que tu jouais tout à l'heure 
J en profite pour te souhaiter la bienvenue gros bisous 
J adore ta photo de profil
avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 02.11.17 20:56

Pour toi Antoine : la fameuse fantaisie que Mozart a composée pour l'orgue
Cette œuvre est un bijou !! Merci de m'avoir permis de découvrir la version "orgue" car comme je te l'ai dit tout à l'heure, je ne la connaissais qu'interprétée au piano.

avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par AntoineOrgue le 05.11.17 8:57

Je vous présente L’Évocation 3 opus37 de Marcel Dupré

Biographie de Marcel Dupré:

Son père, Albert Dupré, qui deviendra en 1911 titulaire des grandes orgues de l’église abbatiale Saint-Ouen à Rouen, commence très tôt la formation musicale de son fils. La famille est musicienne : son grand-père maternel, Étienne Chauvière, doué d’une magnifique voix de basse, fait une carrière théâtrale et devient maître de chapelle de Saint-Patrice de Rouen. Sa mère, Alice Dupré-Chauvière, est pianiste et violoncelliste de talent. L’enfant bénéficie ainsi d’une influence héréditaire sur sa vocation. À l’âge de quatre ans, il est atteint d’ostéomyélite et doit subir l’ablation de la clavicule droite et garder le lit pendant plus de six mois.

En 1894, à huit ans, il joue en public, pour l’inauguration d’un orgue à Elbeuf, le Prélude en mi mineur de Jean-Sébastien Bach. Il commence à travailler avec Alexandre Guilmant en 1897 ; et l’année suivante, à onze ans, il devient titulaire du grand orgue de Saint-Vivien à Rouen. En 1902, il entre au Conservatoire de Paris dans la classe de Louis Diémer et en 1905 il obtient un premier Prix de piano. En 1906, Charles-Marie Widor le désigne comme son suppléant au grand orgue de l’église Saint-Sulpice. Dès son premier concours (1907), il décroche le premier prix d’orgue (classe d’Alexandre Guilmant). En 1909, il obtient un premier prix de fugue (classe de Charles-Marie Widor), et enfin, le 4 juillet 1914, la cantate Psyché Op. 4 lui vaut le Premier Grand Prix de Rome. La guerre l’empêche cependant d’aller séjourner à la Villa Médicis.

En 1907, à la suite d’un accident, il a la main droite immobilisée pendant plus d’un mois. Avec beaucoup d’imagination, il s’exerce à perfectionner son jeu de pieds par des exercices très complexes. Étant inapte au service militaire, il reste à Paris et écrit Quatre motets Op. 9 dont la première audition est donnée à Rouen en 1917 ; il compose cette même année, un De Profundis pour soli, chœurs et orchestre Op. 17 qui ne sera exécuté qu’en 1924 à Paris sous la direction de Paul Paray.


Marcel Dupré devant son orgue à Meudon
Dès 1920, il présente au Conservatoire de Paris l’audition intégrale de mémoire, des œuvres pour orgue de Bach en dix récitals ; cet exploit est renouvelé l’année suivante au palais du Trocadéro. En 1921, il fait ses débuts à New York. À Philadelphie, il joue 18 récitals sur les orgues monumentales de Wanamaker. Deux ans de suite, il revient aux États-Unis pour donner 94 récitals en 1922 et 110 en 1923. En 1929, il donne le récital dédicatoire du "Barton" du Chicago Stadium et déclare "... Ce fut comme si le plus ardent amoureux de chocolat était jeté dans une piscine remplie de chocolat ... ". Sa renommée ne cesse de grandir jusqu’en 1939, il fait le tour du monde donnant 40 concerts en Australie et 60 aux États-Unis et au Canada, dont l’intégrale Bach à Montréal. En 1925, il s’installe à Meudon et l'année suivante, à la mort de Gigout, est nommé professeur d’orgue au Conservatoire de Paris où il enseignera jusqu’en 1954. Après de nombreuses années comme suppléant (depuis 1906), Dupré succède à Widor en 1934 comme titulaire du grand orgue de Saint-Sulpice, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort, le dimanche de la Pentecôte de 1971. En 1947, il assure les fonctions de directeur général du Conservatoire américain de Fontainebleau. Pendant deux ans, de 1954 à 1956, il dirige le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris.
avatar
AntoineOrgue

Messages : 66
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 05.11.17 9:03

Coucou Antoine et merci ta musique du jour 
À force je vais finir par être un incollable à propos de l orgue mais il y a encore du travail 
Le spécialiste c'est toi
Merci au passage de la biographie 
Bisous et bon dimanche
avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Géraldine le 05.11.17 9:07

Bienvenu sur le forum Antoine
Merci pour les vidéos d'orgue et les infos
Bisous bz

_________________
avatar
Géraldine

Messages : 13468
Date d'inscription : 21/01/2010
Age : 19
Localisation : Nice

http://geraldine2903.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 05.11.17 20:34

Coucou Antoine

Voici les variations Goldberg dont je t'ai parlé samedi.
Elles sont ici interprétées par une organiste que tu dois sans doute mieux connaître que moi.
Je ne connais ces célèbres variations qu'interprétées au piano.
Bonne écoute et bon courage pour demain !
Bisous

avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Charle-Marie Widor  : Allegro, 6eme symphonie

Message par Antoine le 06.11.17 17:14

Charle-Marie Widor  : Allegro, 6eme symphonie

Biographie de Widor;

D’abord élève de son père Charles-François (1811-1899), organiste à Saint-François de Sales (Lyon), il le remplace sur le banc de l’orgue paroissial à 11 ans, avant de poursuivre ses études à Bruxelles avec Fétis (théorie, composition) et Jacques-Nicolas Lemmens (orgue).

En 1860, il revient à Lyon, où il est organiste de Saint-François. Vers 1865, il s'installe à Paris et assiste Saint-Saëns à la Madeleine à partir de 1868. En 1870, il est nommé suppléant de Lefébure-Wély à l'orgue Cavaillé-Coll de Saint-Sulpice. Il ne fut jamais officiellement titularisé à ce poste qu’il tint pendant 64 ans.

Il est nommé professeur d’orgue au Conservatoire de Paris de 1890 à 1896, succédant à César Franck. Il reprend ensuite la classe de composition musicale, contrepoint et fugue de Théodore Dubois lorsque celui-ci est nommé directeur de l'établissement (1905). Il compte parmi ses élèves les organistes Louis Vierne, Albert Schweitzer, Charles Tournemire et Marcel Dupré, ainsi que Arthur Honegger, Edgar Varèse et Darius Milhaud. Widor réforme en profondeur l'enseignement de l'orgue en préconisant notamment le raisonnement et le rationalisme dans son exécution[pas clair], de même que la connaissance des grandes œuvres de Jean-Sébastien Bach.

À partir de 1880, il a publié sous le pseudonyme d'« Aulétès » des critiques musicales dans le journal L'Estafette.

Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1892. Il est élevé à la dignité de grand officier par décret du 17 juin 1933. Élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1910, il en est nommé secrétaire perpétuel le 18 juillet 1914. Il épouse Mathilde de Montesquiou-Fézensac (née en 1883), le 26 avril 1920.

En 1921, il fonde avec Francis-Louis Casadesus, le Conservatoire américain de Fontainebleau qu’il dirige jusqu’en 19341.

Comme virtuose de l’orgue, Widor s'est produit dans 23 pays. Il a fait de nombreuses tournées en Europe (France, Allemagne, Pays-Bas, Portugal, Italie, Suisse et Pologne), sans oublier l’Angleterre et la Russie. Il est souvent invité à inaugurer des instruments de Cavaillé-Coll comme ceux de Notre-Dame de Paris, Saint-Germain-des Prés, Saint-Ouen de Rouen, du palais du Trocadéro et le nouvel orgue de sa paroisse natale, Saint-François de Lyon.

Il joue en public jusqu'à l'âge de 90 ans et démissionne de son poste à Saint-Sulpice le 31 décembre 19332. Marcel Dupré, son élève et assistant, lui succède.
avatar
Antoine
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 06.11.17 17:40

Coucou Antoine 
Tu as posté ta musique et ton texte en invité mais ce n'est pas grave 
Merci beaucoup en tout cas 
Tes publications sont très enrichissantes 
Gros bisous et bonne soirée 
J espère que ta rentrée s est bien passée
avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par AntoineOrgue le 07.11.17 16:42

Vierne's Allegro from 2nd Symphony

Biographie de Louis Vierne:

Il naît à Poitiers le 8 octobre 1870, son père est journaliste de tendance bonapartiste. Né presque aveugle, il est atteint d'une cataracte congénitale. À l'âge de 6 ans, il est opéré et recouvre un peu de vision, ce qui est toutefois insuffisant pour qu'il puisse suivre des études dans des conditions normales. Il entre donc à l'Institut national des jeunes aveugles.

En 1884 le compositeur César Franck le remarque lors d'un examen de piano et l'incite à suivre des cours au Conservatoire de Paris, où il est admis en 1890. Après la mort de César Franck qui survient peu après, Louis Vierne continue sa formation musicale avec Charles-Marie Widor. Il en devient par la suite le suppléant. Il est ensuite le suppléant d'Alexandre Guilmant.

En 1899 Louis Vierne épouse Arlette Taskin, dont le père est chanteur à l'Opéra-Comique. Ils auront trois enfants. Ils se sépareront en 1909, en raison de l'infidélité d'Arlette, qui le trompera avec Charles Mutin, un facteur d'orgues alors réputé.

En 1900, un concours est organisé afin d'attribuer la place de titulaire des grandes orgues de Notre-Dame de Paris. Louis Vierne le remporte devant 50 autres candidats, avec les félicitations du jury. Il conservera ce poste jusqu'à sa mort en 1937.

En 1911, à la mort de Guilmant, Louis Vierne souhaite lui succéder dans sa classe d'orgue au Conservatoire de Paris, mais il se heurte à une opposition, à la suite d'une dispute entre Widor et Gabriel Fauré, alors directeur du Conservatoire. Il prend donc en 1912 une classe d'orgue à la Schola Cantorum, établissement créé par son ami Vincent d'Indy.

En 1916, Louis Vierne part quelque temps en Suisse pour soigner un glaucome. Revenu à Paris en 1920, il fait ensuite des tournées dans toute l'Europe et aux États-Unis (en 1927). En 1932, il inaugure avec Widor le nouvel orgue de Notre-Dame, restauré à sa demande.
avatar
AntoineOrgue

Messages : 66
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 07.11.17 18:07

Coucou Antoine et merci pour ce nouveau partage très instructif. J'ignorais que ce compositeur fut quasiment aveugle. Comme quoi lorsque la musique vit en nous, c'est bien là le plus important. Gros bisous et bonne soirée
====))))
avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 07.11.17 18:32

Un prélude de Bach interprété sur un orgue
Normal, Bach a tout composé sur son orgue :)

avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Nathalie belcantiste le 07.11.17 18:34

Encore un petit dernier pour ce soir

L'ode à la joie de Beethoven joué sur un orgue !

Incroyable !

avatar
Nathalie belcantiste
Admin

Messages : 6100
Date d'inscription : 06/09/2016
Age : 52
Localisation : Nice

http://natagomeriphotogra.wixsite.com/babyphotography

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par AntoineOrgue le 08.11.17 12:42

Toccata De La Suite Gothique Léon Boëllmann


Biographie De Boellmann:

Élève de l’École Niedermeyer de Paris en 1875, Il travaille l’harmonie et le piano avec Eugène Gigout, son oncle et père adoptif, l’orgue avec Clément Loret, et la composition auprès de Gustave Lefèvre, tous membres par alliance de la famille Niedermeyer.

Titulaire d'un Premier Prix d’orgue en 1879 et en composition en 1881, il est nommé titulaire de l’orgue de chœur de Église Saint-Vincent-de-Paul de Paris la même année, puis, en mai 1887, il succède à Henri Fissot au grand orgue Cavaillé-Coll de la même église.

En 1891, il devient professeur suppléant à l’École d’orgue, d’improvisation et de plain-chant fondée par son père adoptif, Eugène Gigout, titulaire de l'orgue de l'Église Saint-Augustin de Paris en 1885. La même année naît sa fille Marie-Louise Gigout-Boëllmann, future organiste et professeur.

Grand admirateur de César Franck, il a notamment composé la Suite Gothique op. 25, œuvre pour grand orgue publiée en 1895, comprenant la célèbre Toccata, encore au répertoire de tous les virtuoses.

Il a également composé d’élégantes Variations symphoniques (1892), œuvre concertante pour violoncelle et orchestre, à l’écriture virtuose et à l’orchestration riche et ingénieuse. En matière de musique de chambre, on retiendra notamment ses Deux pièces pour violoncelle et piano (op. 31) ainsi que la Sonate pour violoncelle et piano en la mineur (op. 40), sa dernière œuvre.

Ses Variations symphoniques op. 23 ont connu une grande popularité dans toute l’Europe à la fin du xixe siècle et sont encore au répertoire de certains violoncellistes.

Célèbre à son époque, Boëllmann, mort des suites d'une phtisie à l’âge de 35 ans, est aujourd’hui un peu tombé dans l’oubli. Il fut pourtant un des grands noms de la musique sacrée et du cercle très fermé des grands organistes connus dans toute l’Europe au xixe siècle.

En tant que compositeur, il a su allier la force poignante du romantisme à une prudente modernité qui peut apparenter sa musique symphonique et de chambre à l’impressionnisme musical, ce qui s’explique aussi sans doute par l’influence de Camille Saint-Saëns.
avatar
AntoineOrgue

Messages : 66
Date d'inscription : 05/10/2017
Age : 13

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'orgue

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum